Livre - N'essuie jamais de larmes sans gants

Mes Favoris du mois de Mai

Après vous avoir présenté mes favoris du mois d’Avril, il est grand temps de se pencher sur ce que j’ai aimé pendant ce mois de Mai. Ce mois-ci fut riche en lectures et en visionnage de vidéos et j’y ai fait de belles découvertes.

Le livre du mois de Mai 

N’essuie jamais de larmes sans gants, de Jonas Gardell aux Editions Gaïa

Synospis de l’éditeur :
1982. Rasmus vient d’avoir son bac et quitte la Suède profonde pour la capitale. À Stockholm, il va pouvoir être enfin lui-même. Loin de ceux qui le traitent de sale pédé. Benjamin est Témoin de Jéhovah et vit dans le prosélytisme et les préceptes religieux inculqués par ses parents. Sa conviction vacille le jour où il frappe à la porte d’un homme qui l’accueille chaleureusement, et lui lance : « Tu le sais, au moins, que tu es homosexuel ? »

Rasmus et Benjamin vont s’aimer. Autour d’eux, une bande de jeunes gens, pleins de vie, qui se sont choisis comme vraie famille. Ils sont libres, insouciants. Quand arrive le sida. Certains n’ont plus que quelques mois, d’autres quelques années à vivre.

Face à une épidémie mortelle inconnue, toutes les politiques sociales ou sanitaires du « modèle suédois » échouent. Les malades séropositifs sont condamnés à l’isolement et à l’exclusion.

Livre - N'essuie jamais de larmes sans gants

Ce que j’aimé :
Loin d’être uniquement un roman qui traiterait de l’homosexualité et de l’arrivée du sida en Suède dans les années 80, ce livre est véritablement un témoignage et un documentaire sur le traitement du VIH et des homosexuels dans les années 80 dans le monde occidental dans son entièreté. 

J’y ai appris un nombre incalculable de choses sur cette période et cette maladie.

Si, à notre époque, le VIH est une chose (plus ou moins) acceptée, j’ai découvert à la lecture de ce livre toutes les atrocités, toutes les théories plus ou moins bancales qui avaient été émises par l’opinion publique, les autorités médicales, les gouvernements… lors de son apparition.

De même, si l’homosexualité nous semble désormais aller de soi, si la Suède nous apparait comme étant un des pays les plus avancés dans son acceptation et son intégration, j’ai découvert dans N’essuie jamais de larmes sans gants le dur combat qu’a dû mener la communauté LGBT.

Ce livre est véritablement bouleversant. Je ne vais pas vous mentir, certains passages font froid dans le dos, certains sont révoltants, d’autres dérangeants. Mais cette lecture est pour moi essentielle et elle fait malheureusement écho à des propos et des repressions actuelles. Apprendre des erreurs du passé permet de ne pas les reproduire, de faire mieux, de grandir. Alors, selon moi, ce témoignage devrait être lu et partagé pour que plus jamais une communauté, un groupe de personnes, un groupe de malades ne soit discriminé pour ce qu’il est, pour ce qu’il a ou pour ce contre quoi il se bat.

Le livre est disponible dans toutes vos librairies car c’est bien de soutenir les libraires de votre ville. L’autre alternative c’est d’acheter en ligne sur LaLibrairie.com, un site qui promeut le commerce de proximité. Dans ce cas, le livre est disponible ici

***

La BD du mois de Mai

Josephine Baker, de Catel & Bocquet aux Editions Casterman

Ceux qui me suivent sur Instagram ont déjà eu un aperçu de Joséphine Baker car j’ai partagé plusieurs extraits du livre dans mes stories.
Le résumé de ce roman graphique est simple : il s’agit de la biographie dessinée de Joséphine Baker, danseuse américaine et icône des Années Folles parisiennes.

Mais ce roman graphique est bien plus qu’une simple biographie.

Sous la plume de Catel et Bocquet, on découvre une Joséphine tour à tour chanteuse de cabaret, résistante lors de la seconde guerre mondiale et véritable militante pour l’abolition de la ségrégation raciale. On la découvre femme libre et libertine, une femme « qui ne fait que ce qu’elle veut », comme le dira Pénélope Bagieu dans son livre Les Culottées, tome 1.

Josephine Baker, Catel & Bocquet et Les Culottées, Penelope Bagieu

La Joséphine dessinée par Catel (1er plan) et la Joséphine dessinée par Pénélope Bagieu dans Culottées, tome 1 (second plan).

Josephine BakerCelle qui nous évoque plus une danseuse affriolante des Années Folles avec sa culotte de bananes et son léopard Chiquita, prend ici une profondeur importante. La vie, l’amour, la fête, certes Joséphine en aura profité pleinement, mais elle se sera aussi battue pour libérer Paris en cachant des messages dans ses partitions, elle aura lutté pour l’égalité des races allant jusqu’à être interdite de territoire dans son propre pays de naissance (les Etats-Unis) et elle aura consacré la fin de sa vie à s’occuper de sa « tribu arc-en-ciel », composée des douze orphelins d’origines différentes qu’elle adoptera dans la dernière partie de sa vie.

Le récit de Bocquet, découpé en courtes séquences telles les couplets d’une chanson de cabaret, est soutenu par la plume déliée de Catel. Les courbes du dessin, ses mouvements, ses détails font écho à la personnalité pétillante et joyeuse de la danseuse. Véritable allégorie du combat anti-racial de Joséphine, la plume noire sur le papier blanc du roman rend noirs et blancs parfois difficilement identifiables, rien ne les sépare, rien ne les identifie, ils ne font qu’un.

Joséphine Baker, Catel & Bocquet, Editions Casterman

En somme, vous l’aurez compris, je vous recommande la lecture de ce roman graphique. C’est un véritable pavé (568 pages) mais la lecture est légère et passionnante.

***

La chaine YouTube du mois de Mai

La chaine « Les Revues du Monde »

Je ne me suis mise à YouTube que très récemment. Ce qui avait freiné mon adoption de ce réseau social était uniquement le fait que j’avais l’impression que j’allais y retrouver uniquement du contenu futile et peu intéressant (du genre des vidéos de gens qui tombent ou de faux comiques).
Et en fait, depuis que je m’y suis mise avec plus de constance, je ne peux plus m’en passer ! J’adore regarder les Haul beauté vegan de Et pourquoi pas Coline, les cours de développement personnel d’Esther ou encore les lectures de Margaud Liseuse.
Mais, mon gros coup de coeur du mois de Mai a été la découverte de la chaîne Les Revues du Monde.
Tenue d’une main de maître par Charlie Danger, cette chaîne nous parle d’archéologie, d’Histoire et de découvertes. Le contenu est véritablement passionnant. Les Revues du Monde est de ces chaines où l’on a la sensation de « devenir intelligent » en la regardant. Son contenu est sérieux, documenté et l’on apprend véritablement « des choses » en visionnant les vidéos.
Le montage est dynamique alliant images d’archives, extraits de films et plans fixes sur Charlie qui nous parle d’une voix claire et captivante.
Une chaîne à découvrir et à partager.
Et je vous laisse avec une vidéo passionnante sur Sissi.

***

La vidéo du mois de Mai. 

La folle expédition polaire, Stéphanie Gicquel, TEDxÉcolePolytechnique

Dans ce TED, Stéphanie Gicquel nous raconte le défi fou qu’elle a réalisé accompagnée de son mari : traverser l’Antarctique à ski via le Pôle Sud, parcourant ainsi 2 045 kilomètres en 73 jours, 15 heures et 35 minutes par des températures qui sont descendues au deçà de -50•C.

Une véritable épopée qu’elle nous relate avec passion en nous décrivant les difficultés rencontrées, les épreuves physiques et mentales mais aussi le bonheur et l’accomplissement ressenti après la réalisation d’un tel défi.

Stéphanie Gicquel est diplômée d’HEC et avocate dans sa vie quotidienne mais c’est surtout un véritable modèle pour nous, les femmes sportives. Elle est la preuve que les femmes aussi sont capables de réaliser des choses immenses, des choses folles, de se dépasser, d’aller au-delà de leurs limites. Elle est inspirante par sa manière très simple mais tellement forte de nous parler de ses défis sportifs.

Assez parlé, je vous laisse avec elle :

Je vous recommande aussi l’interview réalisée par Mad’moizelle.
Moi, je m’en vais acheter son livre !

J’espère que ces Favoris du mois de Mai vous auront plu et vous auront permis de découvrir de nouvelles choses.
Et vous, alors, votre bilan « découvertes » du mois de Mai ?

Signature Delonna

Publicités

Une réflexion sur “Mes Favoris du mois de Mai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s