Soigner les bobos du sport et du quotidien par l’homéopathie

Depuis petite, j’ai toujours été habituée à soigner les maux du quotidien par de l’homéopathie. Une bosse sur le front ? Hop, un peu d’Arnica montana 9CH. Des nausées dans le car scolaire : on prend trois granules de Cocculus Indicus 9CH et ça va mieux.

C’est donc, tout naturellement, que j’ai maintenant tendance à me tourner systématiquement vers ce type de médecine en remplacement (ou parfois en complément) de la médecine allopathique (c’est-à-dire traditionnelle, celle qui vous dit de prendre du paracétamol pour tout et rien).

J’ai toujours dans ma trousse à pharmacie quelques basiques, que ce soit pour les maux du quotidien mais également pour ceux liés à la pratique sportive.
J’avais d’ailleurs soigné mon aponévrosite plantaire uniquement grâce à l’homéopathie (et à des étirements spécifiques prescrits par mon physiothérapeute).

Avant de commencer cet article, je souhaiterais rappeler que je ne me revendique en aucun cas médecin ou spécialiste de la question. Je parle uniquement ici de mon expérience personnelle, celle que j’ai bâti au fil de mon existence et le plus souvent sur les conseils de mon médecin homéopathe.
N’oublions pas que chaque personne est unique et qu’une chose qui fonctionne très bien sur moi pourrait ne pas correspondre à quelqu’un d’autre. Et l’inverse est également vrai. Rien ne remplace les conseils d’un professionnel de la santé.

Homeopathie_Sport
– Au quotidien – 

–  J’ai dû mal à m’endormir le soir : 3 granules de Gelsemium 9 CH
.
Cela fait plusieurs années que j’ai occasionnellement des problèmes de sommeil.
Or, on sait combien un sommeil de qualité est important pour la récupération musculaire et la bonne pratique du sport. Alors, quand le sommeil met du temps à venir malgré la fatigue, je prends du Gelsemium. Avec l’aide de mon médecin homéopathe, j’ai testé plusieurs sortes de médicaments homéopathiques mais je reviens toujours au Gelsemium qui est, pour moi, le plus efficace.

Je dois faire un voyage en voiture, en montagne, sur des routes en lacets, qui tournent, tournent, tournent (vous voyez le tableau…) : la veille je vais prendre trois granules de Cocculus Indicus 9CH, puis de nouveau 3 avant de partir et enfin trois pendant le trajet.

J’ai trop mangé (#cheatmeal), j’ai trop bu (#grossesoirée) et du coup j’ai mal au ventre : je prends 5 granules de Nux Vomica toutes les heures jusqu’à ce que je me sente mieux.

J’ai les jambes lourdes à cause de la chaleur estivale : je vais prendre cinq granules de Cuprum Metallicum 5CH. Le Cuprum Metallicum permet également de lutter contre les crampes donc généralement, en hiver, lorsque je vais à la piscine, j’en pris toujours dans mon sac, au cas où.

– Pour le sport –

Arnica Montana 9 CH
Je commence ici par le grand classique. Celui qui est sûrement connu (et utilisé) par la grande majorité des sportifs.
L’arnica existe bien entendu sous forme d’huile ou de crème, parfait en application externe pour soulager des courbatures ou pour masser un début de blessure.
Avant une grosse course ou un entrainement qui va être intense : je prends toujours cinq granules d’Arnica Montana 9CH. Je renouvelle ensuite la prise juste après ma séance puis une heure après. Généralement, cela me permet de diminuer de moitié l’intensité de mes courbatures (après, pas de miracles : avec un entrainement intense, il est normal d’avoir des courbatures).

Arnica

Ensuite, je fais de l’Arnica Montana un basique en cas de blessure.
Je vais donc prendre des granules d’Arnica Montana en même temps que d’autres plus spécifiques selon la blessure :
pour une tendinite : j’ajoute à ma prise cinq granules de Ruta Graveolens 9 CH
pour lutter encore PLUS contre les courbatures : je prends cinq granules de Sarcolacticum Acidum 5 CH

– Lorsque j’avais eu mon aponévrosite plantaire, j’avais pris le mélange Arnica-Ruta Graveolens (dont j’ai parlé plus haut pour lutter contre les tendinites) puis, une fois le mélange fondu, je prenais trois granules de Hekla lave 5CH à raison de trois fois par jour. Et, je suis persuadée que ça a diminué mon temps de guérison.

Je suis partie faire de la plongée et je me suis fait piquer par une méduse (ou une vive) ou alors, en courant, je me suis faite piquer par une guêpe (ou, plus rare, une abeille) : dès que je peux, je prends cinq granules d’Apis Mellifica 15CH pour apaiser la douleur et surtout les démangeaisons.

Tous les médicaments homéopathiques dont j’ai fait mention sont pour moi des basiques de ma trousse à pharmacie.
Après, pour des douleurs bien précises, je n’hésite pas à me renseigner auprès de mon médecin, dans des livres et en écoutant mon corps pour trouver des solutions plus adaptées. C’est comme ça, par exemple, que j’ai testé (et gardé) le Hekla lave contre la fasciite plantaire.

Et vous, alors, vous utilisez régulièrement l’homéopathie pour vous soigner ?

cropped-signature.jpg

Publicités

Une réflexion sur “Soigner les bobos du sport et du quotidien par l’homéopathie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s